Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Ecosse’

Des nouvelles de Pierre Gérard…

Encore en Ecosse pour quelques semaines, j’en profite pour vous donner un petit compte-rendu des courses d’orientation de ces derniers mois. Si vous ne voulez pas tout lire, allez au moins consulter les cartes (surtout la dernière), ça vaut la peine.

Outre plusieurs petits sprints urbains dans les parcs aux alentours de Glasgow, j’ai eu l’occasion de participer cet été aux « 6 jours d’Ecosse », qui est le plus gros événement d’orientation de la région et qui a lieu tous les 2 ans. 4000 orienteurs étaient présents dans le Moray, région au Nord-Est de l’Ecosse connue pour son whisky ! Je n’ai pu participer qu’aux 3 premières étapes, mais c’était pour moi la première fois que j’avais l’occasion de participer à un si gros événement, très bien organisé à tous points de vue. En plus, les championnats du monde 2015 auront lieu dans cette même région. Les 6 jours servaient donc de répétition générale !

Au niveau orientation, on avait affaire à des forêts assez rapides, au petit relief pas toujours évident à décrypter.

Petit bilan personnel :

Jour 1 : après voir dû gérer le parking de 1500 autos pendant 4h sous la pluie avec mon club écossais d’adoption, j’étais frigorifié avant de démarrer. Malgré un bon départ, je me laisse complètement avoir par le petit relief sur deux balises en fin de parcours. Avec 20’ d’erreur en 2 balises, je termine bien loin, en avant-dernière position. Et dire que la majorité des participants se plaignaient des parcours trop faciles… J’ai encore du boulot ! Très beau terrain, en bordure de mer, dans des dunes de sables.

http://www.scottish6days.routegadget.co.uk/cgi-bin/reitti.cgi?act=map&id=24&kieli=en

Jour 2 : Le soleil est de retour. Terrain un peu moins technique que la veille, assez rapide. Je pars cette fois-ci en milieu de matinée, ce qui me permet de croiser plus de monde et de rester motivé ! Hormis une petite erreur en début de parcours, je fais une belle course et termine en milieu de classement. Il fallait néanmoins rester concentré tout au long du parcours !

http://www.scottish6days.routegadget.co.uk/cgi-bin/reitti.cgi?act=map&id=25&kieli=en

Jour 3 : on courrait sur une partie d’une forêt qui sera utilisée pour les championnats du monde en 2015. Pas toujours facile de courir à travers-tout vu la végétation au sol. Beaucoup de petit relief à décrypter sur le carte. Je ne fais pas toujours les meilleurs choix de cheminement sur les premières balises, mais je m’améliore en cours de parcours pour finir encore en milieu de classement.

http://www.scottish6days.routegadget.co.uk/cgi-bin/reitti.cgi?act=map&id=31&kieli=en

En conclusion, très bonne expérience de participer à ce genre d’événements, où l’on est confronté à des cartes tout de même plus techniques que ce que l’on a l’habitude de rencontrer chez nous.

Mi-septembre, j’ai également eu l’occasion de participer à un week-end d’orientation à Oban (côte Ouest de l’Ecosse), avec un relais le samedi et une course classique le dimanche. Ca a l’air assez habituel ici en Ecosse d’avoir de tels week-end, et chaque club réserve alors une auberge de jeunesse pour passer la nuit. Une vingtaine de membres du club étaient de la partie, avec un repas auberge espagnole au menu du samedi soir.

Le samedi, très beau relais sur une carte en bord de mer, sous le soleil. Terrain classique de l’Ecosse, à savoir un terrain ouvert, où il faut savoir bien interpréter les courbes de niveau. Végétation au sol qui rend la course très compliquée, avec en prime quelques marécages pour ne pas rentrer trop sec et propre.

Relais un peu particulier, avec des équipes de 8 orienteurs. Le principe : le premier relayeur démarre seul, pour un parcours d’environ 4 km. A son arrivée, il donne le relais à 3 orienteurs qui doivent parcourir respectivement 2, 3.5 et 5 km. 3 autres orienteurs ne pourront démarrer, un nouvel orienteur peut démarrer. Finalement, le dernier orienteur ne peut démarrer que lorsque les 3 orienteurs précédents sont tous rentrés. Il y a donc un peu de tactique dans la composition d’équipe et l’ordre des départs du troisième groupe.

Le club avait inscrit deux équipes et j’étais le dernier relayeur de l’équipe la plus faible. Grosse erreur sur la première balise, puis bonne course. Je termine finalement bien tard, au milieu de la remise des prix. J’ai cru un instant que c’était moi que tout le monde applaudissait…

Le dimanche fut une autre histoire… La course avait lieu dans un terrain ouvert, marécageux, difficile à courir, sur une petite montagne au bord d’un loch. On annonçait depuis plusieurs jours une très mauvaise météo : vent, pluie… si bien que les organisateurs se réservaient le droit d’annuler la course le jour-même ! Dès le réveil, cela se confirme : c’est tempête dehors ! Mes collègues de club se renseignent : la course est maintenue, le port de la veste imperméable est obligatoire et les distances sont réduites ! Ca me rassure, je m’étais initialement inscrit sur le parcours le plus long (9700 m – 455 m de dénivelée), ce qui avait fait fort rire les orienteurs de mon club lorsque je leur avais dit cela la veille ! Pas de chance, tous les parcours avaient été réduits…sauf le mien !

Au final : superbe carte, très technique, mais météo exécrable (vent, pluie, grêle, brouillard, et même quelques rayons de soleil par moment pour profiter un rien de la vue). Je ne comprends toujours pas comment les Ecossais font pour s’y retrouver si facilement sur de telles cartes et comment ils arrivent à courir si vite dans de tels marécages. Vu la pluie, les marécages étaient devenus des ruisseaux, et les ruisseaux, des torrents ! Je termine en 2h40 (le premier met à peine 1h…), frigorifié, trempé et exténué! Beaucoup de grosses erreurs, mais fier d’avoir trouvé toutes les balises! Mon covoitureur commençait tout doucement à s’inquiéter…

http://www.ecko.routegadget.co.uk/ecko/reitti.cgi?act=map&id=98&kieli=en

 

Publicités

Read Full Post »

Parti pour quelques mois pour le boulot à Glasgow en Ecosse, j’avais pris soin de contacter quelques jours mon départ avant le club d’orientation local ! Le soir même, je recevais déjà par email  une réponse enthousiaste!

C’est ainsi qu’alors que je n’étais arrivé que de 5 jours à Glasgow, j’avais déjà l’occasion de participer au championnat d’Ecosse longue distance. Pour ne pas changer de mes bonnes habitudes namuroises, je me trouve un covoitureur qui m’amène sur le lieu de la compétition dans le Sud de l’Ecosse.

Me voilà au milieu d’environ 300 compétiteurs écossais. Jusque-là, fort peu différent de ce que je connais en Belgique : orienteurs s’échauffant dans leurs tenues de club, une tente informatique, un bar et le CO Sport local ! J’avais été quelque peu effrayé à la lecture des distances et reliefs quelques peu « alsaciens » : 10.6 km et 455 m de dénivelé, alors que je n’avais plus couru depuis un mois : il allait falloir gérer l’effort !

A 13h précises, je reçois ma carte et débute ma course. Et là, je comprends vite que je vais avoir affaire à des terrains tout à fait différents de ce que je connais en Belgique. Une carte toute jaune et des courbes de niveau dans tous les sens ! Et dès les premiers mètres de course, je comprends également vite qu’il ne va pas être évident de courir aujourd’hui…

Un terrain totalement ouvert, avec des touffes d’herbes, des bruyères, des marécages, des rochers, des falaises, des murs en pierre typiques de l’Ecosse, des moutons…et du relief ! Mais également un terrain totalement irrégulier, où il est très difficile d’avoir une allure de course constante et où on craint sans cesse de se fouler la cheville! Mais quelle beauté dans les paysages… Nous courrions au-dessus du Loch Doon. Par endroit, la vue sur le Loch était fabuleuse et donnait envie de s’arrêter pour profiter de la vue !

Ecosse Pierre 2013 Loch

Au niveau technique, on apprend à utiliser sa boussole pour de longs azimuts sans beaucoup de points de repère! Car à part le relief, peu d’éléments permettent de se repérer sur la carte ! Et relief, il est bien différent des belles vallées bien caractéristiques de nos Ardennes ! On retrouve plutôt une succession de collines, réentrants, buttes, plateaux…mais avec un dénivelé important ! De plus, malgré que le terrain soit totalement ouvert, les balises ne sont pas nécessairement visibles de loin ! Pour un débutant comme moi sur un tel terrain, je pense avoir perdu assez peu de temps. Mais physiquement, je me suis rendu compte que courir dans de tels terrains nécessitait un entrainement bien spécifique…que je n’avais pas!

C’est certainement avec ce genre de courses que l’on s’améliore. Je comprends donc mieux l’intérêt pour nos meilleurs orienteurs de voyager régulièrement en Scandinavie ou dans le Massif Central pour améliorer leur technique !

Au final, une 2ème place…sur 2 participants en M21L (l’équivalent du M21A). Du coup, j’ai eu l’honneur de monter sur le podium !

N’hésitez pas à consulter la carte et les parcours

Et si ce genre d’expérience et de terrains vous tentent, cet été, n’hésitez pas, ce sont les 6 jours d’Ecosse !

Ecosse Pierre 2013 podiumEcosse Pierre 2013 remise des prix

Read Full Post »